Index du Forum

Forum consacré à la scène métal Française. Annuaire et promotion de tous les organismes gravitant autour de la musique 'métal'
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Neptrecus - Black Metal
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Index du Forum >>> WORLD METAL . >>> SORTIES D'ALBUM GROUPES FRANCAIS,VIDEO PROMO et CHRONIQUES
Auteur Message
lagodas



Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 5
Localisation: Paris
Loisirs: Musique
Date de naissance: 22/07/1991
Sexe: Masculin
Médiators: 19
Moyenne de médiators: 3,80

MessagePosté le: Sam 2 Mar - 15:13 (2013)    Sujet du message: Neptrecus - Black Metal Répondre en citant

    


Formé au début de l'année 2011, Neptrecus est un groupe de Black Metal dont le concept repose sur l'exaltation du passé, de l'histoire française et des mythologies qui ont inspiré sa culture.
Fort d'un premier album sorti début 2013, le quator Parisien est désormais prêt a partager sa musique a la fois épique et brutale.



Line Up :

  • Svarga : Guitariste/Chanteur
  • Arawn : Guitariste (Moonreich)
  • Macabre : Bassiste (Moonreich, Septentrion, Mortis Mutilati)
  • Lagodas : Batterie (Cave Growl, Ishtar)
  • Claiomh : Parolier


    



Discographie :



    


Neptrecus (Démo 2012)    




    


L'aube du Déclin (Album 2013)    



Vidéos :


    



    





Ce post sera régulièrement mis a jour. Il contiendra les diverses news du groupe pour permettre une recherche plus rapide.
    



CHRONIQUES : (par date de parution)

  •     (05/02/2013) In Extemis : Voir plus bas sur cette même page
  •     (17/02/2013) Heavy Sound Webzine : ICI
  •     (25/02/2013) Pavillon 666 : ICI
  •     (25/02/2013) Spellbound Webzine : ICI
  •     (01/03/2013) Lords of Metal : ICI (En anglais)
  •     (10/03/2013) NocturnalCult : ICI (En anglais)



LIVE REPORT : : (par date de parution)

  • (27/01/2013) Neptrecus + Creeping Fear + Normannorum + Maleficentia : ICI



INTERVIEW : (par date de parution)

  • (31/02/1013) : Heavy Sound Webzine : ICI
  • (03/03/2013) : Forbidden Magazine : ICI (en anglais)


CONTACT :

LE GROUPE EST ACTUELLEMENT A LA RECHERCHE DE CONCERTS    


Mail : neptrecus@gmail.com
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Neptrecus/226293167433633?fref=ts
Myspace : http://www.myspace.com/neptrecus


Dernière édition par lagodas le Dim 10 Mar - 14:09 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Sam 2 Mar - 15:13 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lagodas



Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 5
Localisation: Paris
Loisirs: Musique
Date de naissance: 22/07/1991
Sexe: Masculin
Médiators: 19
Moyenne de médiators: 3,80

MessagePosté le: Sam 2 Mar - 15:17 (2013)    Sujet du message: Neptrecus - Black Metal Répondre en citant

Chronique de notre album dans le fanzine In Extremis:
 

Notre pays regorge de formations de très haut niveau, ça j'me tue à t'le dire à chaque numéro. Au risque d'en froisser quelques-uns, j'dirais même qu'en 2013 faut avoir de la merde dans les oreilles pour encore oser en douter... ou n'être qu'un parfait snobinard. Deux labels bien de chez nous en sont persuadés eux aussi et signent là le premier album de Neptrecus, combo parisien ayant déjà une démo à son actif qu'avait d'ailleurs sortie le marseillais Mortis Humanae.
 
Entretemps le one-man-band s'est transformé en véritable groupe en évoluant du coup vers quelque chose d'encore plus... mortel ! Déjà, une vraie batterie t'admettras que ça change tout : leur black-metal épico-martial en devient du coup plus fluide, plus raffiné, comme si ces riffs en acier trempé qui nous élevaient très haut dans le ciel n'étaient pas décidés à nous laisser tomber, qu'on allait en avoir encore et encore à s'en faire exploser la panse, les tympans et la cervelle pour une orgie décibellique tout simplement infernale.
 
Alors oui, les 4 morceaux de la démo sont de nouveau présent sur l'album et j'vais pas revenir dessus, en ayant dit tout le bien que j'en pensais il y a 2 numéros à peine. Faut quand même savoir qu'ici ils sont entièrement réenregistrés, rebossés, pour un rendu optimal. Si tu ajoutes à ça d'autres compos tout aussi géniales, imagine alors un peu le trip qui t'attend. Que ça soit l'ultra rapide "Sous le Signe de l'Aquila" et ses riffs d'une majesté glacée qui rappellent le grand Dissection, "Fiers Gaulois" pour ses accès de mélancolie poignante, Neptrecus s'impose comme un grand de la scène black hexagonale.
 
La batterie martèle avec la force d'un Impiety, les vocaux intelligibles dégage force et fierté un peu comme chez Cristalys... seuls bémols, 2 pistes moins analement troueuses que sont "406, les Grandes Invasions" et "Au Royaume de Neustrie". Attention, loin de moi l'idée d'en faire des rebuts de fosses septiques puisque l'atmosphère est bel et bien là, mais disons que je suis moins transporté par la qualité diabolique du riffing. Là où ils auraient dû revoir leur stratégie d'attaque aussi, c'est en enchaînant direct la superbe intro de l'album avec l'accélération qui fout la gaule à 0'40 de "L'Eternel Sablier". Au lieu de ça, la pression retombe un peu avec ce riff pas formidable que j'avais déjà critiqué du temps de la démo.
 
Sinon, impossible de bouder son plaisir face à un black-metal si cinglant aux mélodies qui te scient en deux. J'ai pas pu jeter un oeil aux textes historico-mythologiques, n'ayant qu'un exemplaire promo à me mettre sous la dent, mais j'espère juste qu'ils seront inclus au livret parce qu'à mon avis, ils valent à eux seuls le détour.
4/5"
 
 
Chronique de Heavy Sound Webzine :
 
Certains d’entre vous se rappellent peut être que l’on avait évoqué en 2011 la sortie d’une démo de NEPTRECUS qui présentait alors un Black Metal loin de tout cliché antireligieux ou même d’un quelconque message haineux. Après avoir fait le ménage dans les rangs, les Français se sont penchés sur leur premier album, L’Aube Du Déclin, renfermant 9 titres d’un Black Metal un peu plus sombre que sur la démo mais aussi et surtout plus abouti. 
 
Le concept, d’abord, est plus facile à saisir, le groupe expose des faits plus ou moins historiques issus de la mythologie, la musique, ensuite car là où on sentait de très bonnes dispositions il y a deux ans, on comprend que le groupe a franchi un palier dans les arrangements. Cela se vérifie d’ailleurs facilement sur les titres en commun entre la démo et ce premier album et notamment la chanson titre et son lead de guitare entêtant. Ces fameux leads qui nous rappellent par moment MARDUK mais aussi MOONREICH dans la dynamique. Bien entendu, ce dernier nom n’apparait pas par hasard puisqu’Arawn, le nouveau guitariste de NEPTRECUS officie également dans cet autre groupe de Black hexagonal. 
 
La production joue certainement un rôle sur le coup de fouet donné à la musique du groupe, bien plus punchy, les dynamiques différentes des titres sont bien mieux mises en valeur, ainsi la rythmique catchy de "Magna Grecia" ne fait pas redondance avec celle de "Sous Le Signe de L’Aquila" qui se joue pourtant sur le même rythme, les ambiances sont différentes et cela s’entend. NEPTRECUS a également évité l’écueil de la production trop brute, voire trop old-school, le groupe s’est donné les moyens d’être crédible et ce premier opus signé communément par Ancestrale Production et Mortis Humanae Productions renferme aussi son lot de petites surprises comme ce solo sur "Auld Alliance" que l’on croirait échappé des doigts de Gregor Mackintosh (PARADISE LOST) ou ces arrangements plutôt sophistiqués sur "Au Royaume de Neustrie" par exemple. 
 
Oscillant aisément entre titres mélodiques et titres plus bruts, NEPTRECUS signe un premier album plus que prometteur qui fleure bon les 90’s, et ce titre, "L’Aube Du Déclin", dont on ne se lasse pas.
 
Chronique par Aymerick Painless
 
Note : 7.5/10
 


Nouvelle chronique sur Spellbound Webzine :

Souvenez vous de ce petit combo Parisien de « Black metal de France » dont je vous parlais il y a quelques temps. Mais si rappelez vous, le groupe aux poteaux électriques. Bon vous voyez maintenant ? Ok parfait, parce que le gang de la capitale est de retour cette fois pour son premier album full length, à la pochette plus travaillée cette fois, répondant au doux nom de « L'aube du déclin ». Je garde un excellent souvenir de cette démo qui, si elle avait encore quelques défauts notamment sur en ce qui concernait le côté mélodique un poil trop caricatural à mon goût, avait un énorme potentiel à s'imposer parmi les cadors du style historico-mélodique de France. Prenez garde les Sühnopfer et autres Aorlhac, la capitale a du répondant !

Pour son premier album, Neptrecus à fait le choix de reprendre les quatre morceaux de sa démo et d'y ajouter cinq nouvelles compositions de son cru 2013. Choix compréhensible, même si j'aurais préféré plus de nouveaux titres à vrai dire. Cela dit, j'ai toujours autant de plaisir à écouter « L'éternel sablier » dont je ferais le même constat que pour la démo, dans le genre « In your face » mélodique, j'ai entendu peu de morceaux aussi efficace, putain ce break mid tempo qui te fous à genoux en guise de refrain, toujours une réussite ce truc. Je ne ferais donc que peu de comparaisons avec les morceaux déjà présent sur l'essai éponyme étant sensiblement les mêmes (avec une production me semblant meilleure cela dit). Épique, parfois un peu trop, mais toujours aussi mélodique qu'efficace. Le genre de black bien imparable que t'as certes peut être déjà entendu ailleurs mais qui te colle bien au fond de ta chaise.

Je serais donc plus attentif a ces nouvelles compositions qui construisent « L'aube du déclin ». Première chose, qui me semble évidente, si j'ai dis plus haut que Neptrecus semblait proche des groupes de black historico mélodique de France, le groupe semble s'affranchir un peu plus de cette scène en proposent un opus bien plus sombre que ce qu'aurait pu laisser envisager les premiers jets. Alliant à cela bien évidemment un travail omniprésent sur les ambiances, vous avez la science de Neptrecus sur cet album. Une réussite qui a au final pour effet une certaine émancipation pour un album très personnel à la fois mélodique bien sur, sombre et parfois très nostalgique (« Fier Gaulois » est sérieusement une réussite du genre) mais qui n'exclue pas les ressentis classiques de ce genre de groupe. Les titres très rentre dedans de la démo comme « L'éternel Sablier » (dont je parlais plus haut) joue en faveur d'un aspect très guerrier, très épique, mais mélangez ce savoir faire, cette nouvelle identité assez sombre aux saveurs de la démo et vous obtenez « 406 : Les grandes invasions », la encore grosse grosse réussite avec un break blasté complètement dingue. Un reproche par contre, la présence une nouvelle fois de « Auld Alliance », avec un constat semblable que sur la démo, le titre avec le moins de potentiel malgré un riff bien accrocheur, ce dernier donne l'impression du morceau en plus.

Évidemment, l'amateur de black bien plus sale et bordélique va se faire chier sur cet opus, c'est clair et net. Maintenant, « L'aube du déclin » peut toucher plusieurs public, celui du black pur et dur, de l'auditeur aguerris, comme du curieux un peu perdu mais cette dimension prendra selon moi beaucoup plus d'importance sur scène. L'album possède quelque chose que peu de jeunes formations arrivent à faire, il possède une unité, une dimension globale très intéressante. La ou certaines formations de black mélodique nous gavent avec leurs sonorités de vélo cross en forêt (en gros on va vite, on joue clair et vite et on parle de neige), Neptrecus nous ravit par une impression générale. Il est vraiment difficile de n'écouter qu'une chanson comme ça tant l'album est prenant. De plus le groupe aura réussit à vraiment creuser dans le bon sens la dualité de sa musique, entre riffs accrocheurs et ambiances très claire, plus posées. Très intéressant au niveau des mélodies, prenante comme ravageuse, sans non plus délaisser une grosse grosse parties des solos (Putain mais ce solo sur « Au Royaume de Neustrie »!!!), voilà un album qui ravira les fans de black de France, de cette France ancienne et morte.

Note : 7.5/10

Chronique par Thomas


Chronique sur Pavillon 666 :

Le sergent instructeur sort de sa tente, l'oeil vif, les sens aiguisés. Les nouvelles recrues sont là et attendent leurs toutes premières instructions :

« Garde à vous ! Bon les blancs-becs, vous avez encore tout à prouver, alors on va commencer par voir ce que vous avez dans vos poches qui puisse faire de vous un bon soldat Black Metal ! Bon toi t'as une mitrailleuse et une cartouchière, bien. Ah ! Un corpse paint, un peu démodé mais toujours efficace, suivant. Oh mazette ! Mais qu'est-ce que tu fais avec ce manteau de fourrure et un glaive à la ceinture soldat NEPTRECUS ? »
Vous l'aurez compris : NEPTRECUS officie dans ce black metal qui vous conte les faits d'armes d'un ancien temps à la manière de BENELOS et ses gaulois. Le combo parisien n'avait qu'une démo à son actif et doit maintenant faire ses preuves avec son premier opus : « L'Aube du Déclin ».

« C'est quoi ce titre ? Me dis pas que tu chantes en français, soldat ! Et puis c'est pas logique comme titre, l'aube ça monte, ça décline pas !»
Nous pardonnerons au sergent son incapacité à comprendre le terme d'oxymore. Le groupe s'affirme sur deux points : on retrouve tous les codes du black metal (scream, nappes de triples croches à la guitare, une batterie on ne peut plus standard), ajoutez à cela un chant français qui représente une véritable prise de risques et le tout donne un jeune groupe volontaire, assumé et qui, s'il n'invente rien, joue du black metal martial et le joue bien.

« Bon passons pour cette fois ! Et beau cirage de sandales au fait... Suivant ! »
Il est vrai que les Parisiens se démarquent du lot par une production de qualité (pour du black metal), en bref on n'a pas l'impression de retomber dans les années 90 et ces enregistrements sur cassette d'un MAYHEM ou d'un DARKTHRONE avec un seul micro (qualité encore d'actualité pour certains groupes...). Ici NEPTRECUS s'octroie un vernissage en règle : les instruments sont bien perceptibles, les compositions sont claires et puissantes. C'est du black metal mais c'est moderne et plaisant à écouter, comparé à d'autres groupes du même mouvement.

« Aller c'est l'heure du test ! Tous en ligne et parcours du combattant ! Les premiers arrivés auront droit à un carambar au sang de vierge ! »
La gourmandise importe peu à nos héros belliqueux : en effet, le groupe s'affirme sans opinion politique ou religieuse et demande juste à faire la musique qu'il aime pour la musique. C'est d'ailleurs ce qui permet au combo de mélanger habilement son black metal à ses influences pagan (la fin de « L’Éternel Sablier »). Ces dernières sont extrêmement présentes au niveau des paroles comme le prouvent celles de l'épique « Auld Alliance » et son ambiance Braveheart.

« Eh bien je dois bien avouer que tu m'as cloué le bec, soldat NEPTRECUS, d'autant que tu n'étais pas motivé par le carambar. Tu leur en a collé plein les dents, et ce, en à peine huit titres et une intro. Bien joué, mais ne t’emballe pas ! Tu es jeune et il y a encore beaucoup à apprendre. Tu me rappelles un peu mes copains de quand j'étais plus jeune, DARK FORTRESS et CARACH ANGREN par exemple. Ah les sacrés fripons... »
Laissons le sergent se remémorer le passé et revenons au sujet. NEPTRECUS entre haut la main sur la scène black metal française avec en poche une identité propre. Il reste à faire encore mieux mais il convient, lorsqu'on croise un soldat avec l'étoffe d'un grand général, de ne pas l'oublier et de le garder à l’œil. Chose que nous n'omettrons pas de faire.



Nouvelle chronique, en anglais cette fois ci du webzine Lords of Metal :

L'Aube Du Déclin' is the debut album by the French group Neptrecus. They play black metal with quite a lot of variation. Not quite traditional, but also not as experimental as Deathspell Omega or Blut Aus Nord. More in the vein of Merrimack or Otargos. Slight death metal influences are present and remind me of Myrkskog's 'Deathmachine'. The album is quite enjoyable, without it blowing me away in awe. Still, Neptrecus has a decent feel for melodic riffing and the album does have a sense of purpose. Perhaps that a more powerful production would give it more of a bite, but it is still clear that they are talented, although they might need to find their own niche to explore to prevent being overlooked. For now, 'L'Aube Du Déclin' is a satisfying debut.

Score : 74/100
Revenir en haut
lagodas



Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 5
Localisation: Paris
Loisirs: Musique
Date de naissance: 22/07/1991
Sexe: Masculin
Médiators: 19
Moyenne de médiators: 3,80

MessagePosté le: Dim 3 Mar - 21:54 (2013)    Sujet du message: Neptrecus - Black Metal Répondre en citant

Nouvelle interview disponible en anglais sur Forbidden Magazine : http://forbidden-magazine.com/2013/03/neptrecus/#.UTOvm1el5ki !
Revenir en haut
lagodas



Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 5
Localisation: Paris
Loisirs: Musique
Date de naissance: 22/07/1991
Sexe: Masculin
Médiators: 19
Moyenne de médiators: 3,80

MessagePosté le: Dim 10 Mar - 14:04 (2013)    Sujet du message: Neptrecus - Black Metal Répondre en citant

Nouvelle Chronique anglaise sur NocturnalCult : http://www.nocturnalcult.com/newcontents.htm

An epic melody and determined chug give way to hyper-aggressive black metal riffing as L'Eternal Sablier begins its onslaught on the debut album from France's upstart black metal horde, Neptrecus.  Blasphemous nihilism pervade the Nordic style riffs as the song progresses.  The true beuaty of Neptrcus shines though on Magna Grecia.  A sweeping melodic passage fills your consciousness.  I am reminded a bit of Kampfar, that is until the ferocious stream of sawing black riffage cuts through the atmosphere.  Luckily the songwriter keeps circuling the song back to the vast melodic segments.  The pace slows and dwells on harmoniously flowing, guitar-driven sections.  And then the track ends as it began in beauty and emotion.  A quick riding riff turns into an icy crawl on Fiers Gaulois.  The tempo picks up and an undercurrent of sorrow accompanies a demonic riff until they both collapse into a melodic groove.  406: Les Grandes Invasions starts with a moving clean guitar segment that gathers steam as thicker guitars rise uplike waves at the beach.  Nostalgia paints the epic, melodic riffs that flood out across the song's structure only to recede against folky guitars.  Yet they rise again to claim their rightful throne.  Martial drums and darkened riffs greet the listener on the title-track.  A slick cymbal ride and entrancing melody effortless flow through the song and carry it to a majestic climax.  Neptrecus is steering far afield from the experimental frenzy that their more Orthodox countrymen are attempting.  Instead that are more enamored with epic melodies juxtaposed with intense blackened malevolence.  And as such I find their style and approach refreshing. 


Nous en profitons pour annoncer l'arrivée dans nos rangs de notre nouveau bassiste, Macabre (Moonreich, Septentrion, Mortis Mutilati)



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:31 (2017)    Sujet du message: Neptrecus - Black Metal

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Index du Forum >>> WORLD METAL . >>> SORTIES D'ALBUM GROUPES FRANCAIS,VIDEO PROMO et CHRONIQUES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo